Articles les plus consultés

30 décembre 2009

Atelier Campo, les coquilles d'art



Un atelier qui réalise notamment des estampages en terre sur base d'une ancienne collection de moules de statues de sculpteurs anciens (Jean-Antoine Houdon); pour ceux (et celles) qui sont intéressés par ces techniques "à l'ancienne".
Voir aussiles autres vidéos dailymotion très intéressantes (la qualité image/son n'est pas toujours au rendez-vous) :
http://www.dail%20ymotion.com/video/xbao5m_frileuse-de-houdon-a-latelier-campo_creation
http://www.dailymotion.com/video/x81njr_atelier-campo-la-rochelle-sculpture_creation
Le site de l'Atelier Campo : http://pierre.campo.perso.neuf.fr/

Dali, "Alice au pays du réchauffement climatique et de la philanthropie"


"Alice au pays des merveilles, la sculpture réalisée par Dali, vient en effet d'être placée à à 2659 m d'altitude, grâce à l'action conjointe des hélicoptères suisses qui ont déposé une autre statue, la Femme en Flamme (3,6 m et 500 kg, un joli brin de demoiselle), en haut des Chenus, à 2240 m d'altitude. Le tout avec pour panorama les Trois Vallées..."
Plus d'informations à propos des sculptures du maître sur le site "Dali'Sculpture Collection" : http://www.dalisculpturecollection.com/
et http://www.dali-sculpture.com/francais-dali-sculpture/3-editeur-sculpture-dali/editeur-sculptures-dali.htm (site de Beniamino Levi, président de la Stratton Foundation -organisme philanthropique à but non-lucratif dédié à "l’enrichissement des arts culturels" -, et éditeur/propriétaire des droits de tirage des bronzes.
"Ces droits lui ont conféré la possibilité de réaliser des sculptures en bronze, en édition limitée : 12 exemplaires, dont 8 originales et 4 épreuves d’artiste ! Toutes ont été réalisées entre 1981 et 1988 suivant les « bons à tirer » signés par l‘artiste ou ses ayants droit. Les bronzes sont coulés par des fonderies de renommée internationale dont la Fonderie Perseo, en Suisse, là où depuis 65 ans sont réalisées des œuvres d’art signées de Giacometti, Arp, Botero...En devenant éditeur de sculptures de Dali, Beniamino Levi a impulsé une forme artistique que Dali avait certes tâtonnée mais jamais explorée totalement."

Richard Serra, « Shift » ne bougera pas


Les membres du comité de défense de « Shift », une œuvre de Richard Serra datant de 1972, peuvent être rassurés : le mur de béton long de 5 km devrait prochainement être inscrit sur les listes de l’Ontario Heritage Act, qui protège les monuments et paysages canadiens. Ainsi en a décidé le conseil municipal de King Township, réuni en décembre pour statuer sur le sort de l’œuvre. Selon le Globe and Mail, la décision n’était pas jouée d’avance, car Hickory Hills Investments, la société propriétaire du terrain, avait proposé un arrangement à l’amiable un mois auparavant. Interrogé par le journal canadien, un conseiller municipal a exprimé le point de vue général de la mairie : Shift est « une sculpture d’une importance internationale, et si vous n’êtes pas préparé à assurer son maintien, quelqu’un d’autre doit prendre la responsabilité, et sous la désignation d’héritage culturel, on peut s’arranger sur la forme de la conservation ».

Article repris sur "artclair.com". Tous les détails à propos de l'oeuvre sur le site "Archéologie du futur / Archéologie du quotidien": http://archeologue.over-blog.com/article-richard-serra-shift-une-sculpture-en-danger-au-canada--40208071.html

29 décembre 2009

"Les sculptures meurent aussi"

"Une exposition de Lorenzo Benedetti. Avec Francesco Arena, Michael Dean, Alex Cecchetti, Ida Ekblad, Guillaume Leblon, Mandla Reuter, Oscar Tuazon et des oeuvres de la collection Würth. La troisième exposition de Lorenzo Benedetti à la Kunsthalle Mulhouse, "Les sculptures meurent aussi" vient clore une réflexion sur la question de l’oeuvre et de son contexte. Comment une oeuvre évolue-t-elle dans le temps et dans des environnements successifs?Après avoir provoqué le dialogue entre l’espace d’exposition et les pièces exposées, après avoir interrogé la force et le sens des œuvres à l’échelle de leurs parcours, Lorenzo Benedetti fait le constat d’une redéfinition des formes et d’un rapprochement des esthétiques des années 50 et 60. L’époque post-conceptuelle que nous vivons est celle d’un retour à la sculpture, à la forme et à la matière. Le titre de l’exposition fait référence au documentaire d’Alain Resnais et Chris Marker « Les statues meurent aussi ». « Quand les hommes sont morts, ils entrent dans l’histoire. Quand les statues sont mortes, elles entrent dans l’art» ainsi commence le film réalisé en 1953. En d’autres termes les statues dépouillées de leurs usages ethnologiques entrent au musée, thèse hautement controversée à l’époque, sur fond d’anticolonialisme. A son tour, Lorenzo Benedetti s’intéresse à la mort des statues comme point de départ d’une réflexion sur l’objet, sur la définition de la sculpture dans une nouvelle contextualisation conceptuelle ou environnementale. Il voit dans les travaux de Francesco Arena, Michael Dean, Alex Cecchetti, Ida Ekblad, Guillaume Leblon, Mandla Reuter, Oscar Tuazon une affirmation et revendication de la forme qui s’impose comme une intention et finalement une esthétique. Dans l’exposition les oeuvres des artistes contemporains côtoient des sculptures plus anciennes, issues de la collection Würth, rappelant ainsi que cette primauté de la forme et de la matière n’est pas chose nouvelle dans les arts modernes et contemporains."
Texte de présentation de l'exposition sur le site de "La Fonderie".
La Kunsthalle - Centre d'art contemporain (http://www.kunsthallemulhouse.com/), 16 rue de la Fonderie à Mulhouse.
Du 28 janvier 2010 au 28 mars 2010.
Lorenzo Benedetti, le commissaire de cette exposition, est invité par la Kunsthalle de Mulhouse pour encadrer la première saison de ce nouveau lieu. Il y a déjà une première exposition à son actif : « La Notte ». Voir : http://www.artenalsace.org/spip.php?rubrique20 et http://www.lalsace.fr/fr/sorties/avenir/article/2005325,1236/Des-chemins-pour-bifurquer-a-la-Kunsthalle.html




Francesco Arena, "Giornali nel vuoto di un´aureola", 2009

Michael Dean, détail d'un relief en béton


Alex Cecchetti (pas de site particulier)



Alex Cecchetti, "King Head of Elk", installation

Ida Ekblad : http://www.ida-ekblad.com/

Ida Ekblad, "Bishop"


Guillaume Leblon : http://guillaumeleblon.com/



Guillaume Leblon, "Four Ladders", 2008



Mandla Reuter (site très minimaliste) : http://www.mandlareuter.com/


Mandla Reuter, "Coppice", 2007

Oscar Tuazon : http://acasculpture.blogspot.com/2009/12/oscar-tuazon-plie-le-jusqua-ce-quil.html
Oscar Tuazon, "Study for Sculpture Roof "(A Thing), 2009

Pour d'avantage d'informations sur le film cité de Alain Resnais et Chris Marker, voir la page du site "fabrique de sens" consacrée au film : http://www.fabriquedesens.net/Les-statues-meurent-aussi

Un objet est mort quand le regard vivant qui se posait sur lui a disparu. Et quand nous aurons disparu nos objets iront là où nous envoyons ceux des nègres, au musée.

28 décembre 2009

Vues d'atelier...


De nouvelles techniques permettent un rendu dynamique de l'espace; ici, sur le site de "viewAt", un panorama réalisé dans l'atelier du sculpteur Jean Chauchard à Moissat, Auvergne (F) : http://viewat.org/?i=en&id_pn=6853&sec=pn

De la neige, mais pas trop...


Chaque hiver, Harbin, ville du Nord de la Chine, se transforme en cité de glace. Le plus grand festival mondial de sculpture sur glace y attire des millions de visiteurs. (Reuters).

Plus près de chez nous :
Le festival de sculptures de glace et de neige à Bruges a été définitivement fermé par la police et les pompiers pour raison de sécurité ce jeudi 24 décembre, à la veille de Noël. Toute l’équipe des organisateurs s’apprêtait ce matin à monter une nouvelle tente sur les sculptures, mais elle se voit maintenant contrainte de démolir les sculptures de glace géantes.
Dimanche passé, le 20 décembre 2009 vers 11h30, une partie du chapiteau s’était effondrée sous le poids de la neige tombée en abondance dans la région de Flandre occidentale. Heureusement, il n’y a pas eu de blessés, mais la panique fut grande parmi les visiteurs.

Attila Csörgő, la lumière des hémisphères


La persistance rétinienne est au cœur des travaux d'Attila Csörgö, un artiste hongrois, né en 1965, qui vit et travaille à Budapest. Il a représenté la Hongrie à la Biennale de Venise 1999, avec ses Moebius Spaces, des films photographiques enroulés selon la topologie d'une... bande de Moebius. Ils lui ont valu le prestigieux prix Nam June Paik, en 2008. En résidence au domaine de Kerguéhennec, un centre d'art contemporain situé à Bignan, près de Locminé dans le Morbihan, A. Csörgö s'est associé à l'artiste-ingénieur britannique Steven Pippin pour créer "Hemisphere".
Suite de l'article du magazine "Pour la science" (N°387 - janvier 2009) : http://www.pourlascience.fr/ewb_pages/f/fiche-article-la-persistance-de-l-hemisphere-23904.php
Le domaine de Kerguéhennec : http://www.art-kerguehennec.com/
Le site de l'artiste : http://www.c3.hu/~acsorgo/
Le site de Steven Pippin : http://www.mrpippin.co.uk/

Appel à projets "In Situ"

Veronique Matteudi ; "in situ 0.2", 2007


« IN SITU 0.5 » 2010, 5ème rencontre de land art , arts visuels en Camargue sur le thème de la lumière.
La manifestation se déroulera du 08 au 15 mai 2010 avec une exposition des œuvres jusqu’au 15 juillet 2010. Elle donnera lieu à l’installation d’œuvres in situ sur le site du Mas du Grand Arbaud à Gageron en Camargue. Pour l'édition 2010, le thème de réflexion proposé est la lumière, les travaux, œuvres et projets artistiques devront s’articuler autour de cette thématique centrale. La lumière peut être sujet ou médium de l’œuvre, elle peut être déclinée de différentes manières : lumière du jour, de la nuit, lumière artificielle ou naturelle. La dualité jour-nuit : les œuvres seront visibles durant deux nuits, elles seront donc naturellement amenées à évoluer et à se métamorphoser entre le jour et la nuit. Seront privilégiés les projets en relation avec le patrimoine naturel, la population locale et ses activités et surtout avec les particularités du lieu d’installation. Enfin, les projets peuvent se présenter sous diverses formes d’expression : sculpture, installation vidéo, installation photo, ballade sonore, performance, land art.

Voir tous les détails sur le site des organisateurs : http://culturesnomades.org/index.php

21 décembre 2009

Ice Bear Project

Des heures de travail ont permis au britannique Mark Coreth et à son équipe de fabriquer le squelette de la bête : une armature en bronze grandeur nature d’1,80m. Vendredi 4 décembre, le sculpteur a façonné autour un ours à partir d’un bloc de glace de 11 tonnes. Visible sur la place Kongens Nytorv à Copenhague au début du Sommet, il ne reste maintenant plus qu’un "squelette d’ours au milieu d’une mare d’eau." L’artiste a volontairement laissé son œuvre à la portée de toutes les mains, pour que les passants curieux puissent toucher cet ours glacé. C’est l’accumulation de ces interventions humaines qui a considérablement accéléré le processus de fonte de la sculpture. Cette métaphore astucieuse est "un symbole fort de la façon dont les hommes influent sur le climat."
Info reprise de : http://blogdejocelyne.canalblog.com/archives/2009/12/21/16231784.html
Le site du projet : http://www.icebearproject.org/

Le site de l'artiste : http://markcoreth.com/

18 décembre 2009

Tout Arman

Summer Time, 1992

Le site le plus complet que vous trouverez à propos d'Arman : une collection de documents photographiques avec ses accumulations, ses colères, ses monuments, ses multiples, ses peintures, ses poubelles, ses sculptures, ses découpes, ses oeuvres sur papier, ses reliefs muraux... http://arman.com/ ... by himself.

17 décembre 2009

Michael Schwab, l'arpenteur d'espace

Michael Schwab, "Freeform" ; 2009


Michael Schwab, artiste allemand qui vit et travaille à Londres, a réalisé une intervention "performance" ce jeudi 17 décembre 2009 en présentant son travail à l'Académie Royale des Beaux-Arts de Bruxelles. ARBA-ESA, rue du Midi 144 à 1000 Bruxelles.

Détail de l'installation "Aberrations", réalisé dans les locaux de l'ARBA-ESA


Le site de l'artiste (très fourni) : http://www.seriate.net/ ; et son "social network" : http://artisticresearch.ning.com/
A voir, quelques réalisations récentes commentés par l'artiste, sur l'excellent blog de notre collègue Lucien Massaert de l'atelier dessin : http://dessindrawing.blogspot.com/2009/06/michael-schwab.html et l'article consacré à l'installation : http://dessindrawing.blogspot.com/2009/12/michael-schwab-bruxelles.html
Le site de l'école : http://www.arba-esa.be/fr/accueil.php

16 décembre 2009

Richard Wright, Turner Prize 2009

Richard Wright

Voilà deux mois que la Tate Modern expose les oeuvres des candidats au prix Turner 2009. Pour le décrocher, il faut avoir moins de 50 ans, vivre en Grande-Bretagne, et avoir montré un travail artistique dans l’année achevée le 6 mai 2009. Il vient encourager les vocations dans un milieu qui ne connaît pas la crise. “Dans le contexte actuel de récession économique, la fréquentation des musées est en hausse, les théâtres sont pleins et les entreprises culturelles prospèrent à travers tout le pays. Dans ce climat, le travail des artistes est plus important que jamais,” a affirmé Nicholas Serota, directeur de la Tate. Parmi ces artistes, Richard Wright : à 49 ans, c’est lui qui a remporté le prix turner. La joie de cet Ecossais est tout en retenue. “J’aimerais remercier les gens de la Tate, qui ont rendu cela possible, a-t-il déclaré. Je n’ai rien de grandiloquent à dire, juste merci. (…/…) J’utilise des techniques médiévales. Je pars de croquis élémentaires et je dessine, j‘étends le dessin à partir de la forme la plus basique. Les formes deviennent de plus en plus grosses pour donner ces choses.” L’oeuvre centrale de Wright est une feuille d’or géante qui occupe un mur entier. Il a fallu quatre semaines à l’artiste, aidé de deux assistants, pour la mettre en place. Elle sera détruite à la fin de l’exposition. Trois autres artistes étaient en compétition. Lucy Skaer, ses 26 sculptures d’oiseaux et son squelette suspendu de cachalot. Roger Hiorns et son moteur d’avion écrasé ou encore une structure d’acier remplie de cerveaux de vaches. Et enfin Enrico David qui met en scène notamment sa version de Humpty Dumpty, personnage central de la comptine anglaise du même nom.
Article repris intégralement sur euronews (texte du commentaire de la vidéo à voir sur le site)(Copyright © 2009 euronews) : http://fr.euronews.net/2009/12/09/l-ecossais-richard-wright-remporte-le-prix-turner-2009/


"Black Alphabet" , Lucy Skaer


Roger Hiorns, photographié dans son installation "Seizure"

Enrico David, "Humpty Dumpty"

La page du guardian consacrée au Turner Prize (voir l'intéressante vidéo de présentation des participants au prix) : http://www.guardian.co.uk/artanddesign/video/2009/dec/04/turner-prize-countdown

Fernando Botero, les anciens et les modernes...



Fernando Botero désavoue le Prix qui porte son nom

BOGOTA (COLOMBIE) [15.12.09] – Le Prix Fernando Botero, qui récompense depuis 2005 un jeune artiste colombien de moins de 35 ans, n’aura pas d’édition 2010. La décision a été prise après que Botero a exprimé clairement son désaveu, considérant que les œuvres récompensées en 2009 étaient très mauvaises.
En Colombie, le prix le plus médiatique de l’art contemporain ne sera plus décerné. Le Prix Fernando Botero, inauguré en 2005 sous le patronage du célèbre artiste colombien, récompensait un jeune artiste de moins de 35 ans, et était doté de 100 millions de pesos (34 000 euros). Selon le quotidien de Bogota El Tiempo, la Fondation des jeunes artistes colombiens, qui dirige le prix, a décidé de mettre fin à la remise de la récompense. Cette décision fait suite à des propos tenus dans la presse fin novembre par Fernando Botero. Dans un magazine colombien, Botero a déclaré qu’il était très mécontent des œuvres primées, qu’il trouve « très pauvres ». « C’est avec une grande consternation que je regarde la piètre qualité des œuvres récompensées par un jury international » s’exclame-t-il dans les colonnes du magazine. Il poursuit : « Il y avait de meilleures œuvres sélectionnées. Les prix sont allés à de très mauvaises.» La Fondation, dirigée par Maria Elvira Pardo, se dit très surprise par la position de l’artiste. Pour la directrice, Botero soutenait un festival d’art contemporain, et aurait du comprendre que des sensibilités différentes de celles du plus célèbre artiste colombien pouvaient s’y exprimer. La Fondation a décidé de ne pas continuer à décerner ce prix, pourtant un des plus importants du pays, mais va continuer à soutenir la jeune génération colombienne lors d’autres évènements et résidences d’artistes.


Pour en voir plus (peintures) : http://www.must-love-art.com/arts-of-botero.html

Zadok Ben David, dentelle d'inox

Zadok Ben David, sculpteur israélien originaire du Yémen, est connu pour ses installations "botaniques" dans les musées et galeries; contrairement aux apparences, il ne s'agit pas de photos ou de gravures d'encyclopédies découpées dans le papier, mais d'acier inoxydable; le sol de ses installations est généralement réalisé en sable ou en silicone.

"Blackfield", 2007-09

Il réalise également des sculptures monumentales en acier en mettant en oeuvre le découpage au laser.

Exposition : "Human Nature" au Tel Aviv Museum (Israel) www.tamuseum.com du 3 décembre 2009 au 28 février 2010

Le site de l'artiste : http://www.zadokbendavid.com/
Voir également le site très riche "sculpture.org" : http://www.sculpture.org.uk/artists/ZadokBen-David/

14 décembre 2009

Kiel Johnson, pro du carton



Dans le cadre de nos journées de workshop de l'ARBA-ESA consacrées au réemploi, voici encore un autre artiste spécialisé dans le travail du carton, avec, à la clé, la fabrication d'un appareil photo reflex à double lentille (qui marche). Le site de l'artiste (si vous avez de la patience, et sans avoir peur des plantages) : http://kieljohnson.com/kieljohnson.com/HOME.html

13 décembre 2009

Oscar Tuazon, "Plie-le jusqu’à ce qu’il casse"

Les sculptures minimales d'Oscar Tuazon au Centre international d'art et du paysage de Vassivière


Le jeune artiste américain Oscar Tuazon est l’un des sculpteurs les plus intéressants, séduisants et radicaux de sa génération.
Son travail se caractérise par l’attention à tout ce que la société écarte. Débris et effondrements recyclés deviennent la structure de ses sculptures où poutres et planches de bois trouvées dans la rue ou dans les chantiers, assemblées avec du béton, du fer ou de l’acier, deviennent les protagonistes de ses projets.
L’exposition Plie-le jusqu’à ce qu’il casse, qui dans la traduction propre à l’artiste signifie « tenter quelque chose de complètement inconnu » se présente comme une expérience extrême pour un lieu unique comme le plateau de Millevaches où dans les années 90 est né le Centre d’art de Vassivière, une terre qui a attiré et continue d’attirer de grands personnages de la culture et de la philosophie.

Exposition "Plie-le jusqu’à ce qu’il casse", du 15 novembre 2009 au 07 février 2010 au Centre international d'art et du paysage, Ile de Vassivière. http://www.ciapiledevassiviere.com/
Découvert sur "Culturebox", le site de France 3 ( Regarder la vidéo) : http://culturebox.france3.fr/#/Exposition/17830/Les_sculptures_minimales_d%27Oscar_Tuazon_au_Centre_international_d%27art_et_du_paysage_de_Vassivi%E8re

Voir également article sur : http://www.artcatalyse.eu/plandusiteartcatalyse_oscartuazon,plie_lejusqu_acequ_ilcasse.htm

Henry Moore, les sources de la sculpture


Trouvé sur le site "LANKAART"qui a pour devise"éveillez-vous à l'art : Lankaart un article par jour" ( http://www.lankaart.org/), un article à propos des sculptures malagan (Nouvelle-Irlande) dont voici un extrait :

La multiplicité des strates formelles des oeuvres malagan a fait de nombreux admirateurs, parmi lesquels le sculpteur britannique Henry Moore: «Par l’utilisation de formes à l’intérieur d’une forme, elles m’ont fait forte impression. J’ai compris l’aura mystérieuse qu’on peut susciter en dissimulant partiellement l’intérieur, afin qu’on soit obligé de faire le tour d’une sculpture pour l’appréhender.»
Très grande base de données (et très éclectique), articles et photos, arts premiers, arts non-européens mais aussi architecture contemporaine ou poésie...

12 décembre 2009

Ousmane Sow, le grand projet...

Le 19 mars 1999, sur le pont des Arts à Paris, les sculptures d'Ousmane Sow. (AFP/Alexander Joe/ao)

Seules deux sculptures d'Ousmane Sow sur dix, en vente chez Christie's mardi, ont trouvé preneur. Le Guerrier debout (série Masaï, 1989) a été vendu 121.000 euros et le Couple de lutteurs aux bâtons (Nouba, 1984-1987) 73.000 euros. Pour les autres oeuvres, le prix de réserve n'a pas été atteint. Le sculpteur sénégalais vendait ces oeuvres exposées en 1999 sur le Pont des Arts pour financer un "musée des grands hommes" dans son pays.
Suite de l'article "Ousmane Sow peine à vendre ses oeuvres": http://culture.france2.fr/art-et-expositions/actu/Des-sculptures-d-Ousmane-Sow-chez-Christie-s-59479317.html
Pour préciser le projet : en hommage aux grands hommes qui ont marqué sa vie, Ousmane Sow entreprend une série d’effigies monumentales. (http://acasculpture.blogspot.com/2008/11/parole-de-sculpteur-ousmane-sow.html). Pour l’instant, dans cette série qui s’intitulera "Merci" , seules les sculptures de De Gaulle, de Victor Hugo, de Nelson Mandela, de son père ont été réalisées. Gandhi, Mohammed Ali (Cassius Clay), Martin Luther King, Rosa Luxemburg, une résistante sénégalaise à la colonisation Aline Sitoé Diatta , et d’autres, doivent suivre.
Voir sur Canal Académie "Les grands hommes du sculpteur Ousmane Sow" : http://www.canalacademie.com/Les-grands-hommes-du-sculpteur.html

Le site de l'artiste : http://www.ousmanesow.com/mac/index.htm avec cette petite perle extraite d'une pièce de théâtre :
Aïda : - Soixante-dix ans, c'est vieux ?
Alioune : - Ne raconte pas n'importe quoi ! Tu as vu Mam' (Grand-père), tout ce qu'il fait ! Il sculpte, il fait le tour du monde avec ses expos, il assure les vernissages et les cocktails...
Aïda : - Oh, ça, ça lui casserait plutôt les pieds... (...) Il travaillait bien à l'école ?
Alioune : - Pas du tout. Il était trop paresseux. Mais il avait taillé une petite sculpture dans du granit que l'instituteur avait placée sur l'armoire. Et il se disait que quelqu'un qui a sa sculpture sur l'armoire ne peut pas être nul...

Voir une vidéo de l'AFP parlant de l'événement avec interview et vues de sculptures (bande son un peu décalée...) : http://www.youtube.com/watch?v=sj0tHKExNUk

Nombreuses photos sur ce blog : http://annagaloreleblog.blogs-de-voyage.fr/archive/2009/12/13/onze-sculptures-d-ousmane-sow-aux-encheres-chez-christie-s.html

09 décembre 2009

Chris Gilmour, ça cartonne...

"Aston Martin", carton et colle; grandeur nature . 2006


Chris Gilmour est anglais ( né en 1973) et réside actuellement à Udine, en Italie. Sa spécialité : la sculpture en carton. Les sujets ne sont sans doute pas révolutionnaires, mais la technique est belle. Le site de l'artiste : http://www.chrisgilmour.com/en.opere.html

Les 200 plus belles sculptures du monde


"Les 200 plus belles sculptures du monde" par Jean-Luc Chalumeau aux éditions LE CHENE.
"Une histoire de la sculpture à travers ses plus belles pièces, en 416 pages, par un spécialiste du genre. De l'Antiquité à nos jours, ce livre propose un tour du monde des chefs-d'œuvres de la sculpture, toutes catégories confondues. Pour chacune des 200 pièces, une analyse claire et accessible la situe dans l'histoire et en commente la valeur esthétique. À ceci et pour chaque artiste, s'ajoute une note biographique. Comme Les 200 plus beaux tableaux et Les 200 plus beaux dessins, Les 200 plus belles sculptures allie le plaisir de contempler confortablement (du fait du format) des œuvres du monde entier à l'enrichissement personnel grâce à une analyse esthétique d'expert."
Pas moyen d'avoir la liste complète... l'antiquité et les périodes"classiques" semblent se tailler la part du lion; par contre l'art contemporain pourrait sans doute faire l'objet d'un "beau livre" pour les fêtes 2011... L'auteur ayant déjà à son actif "Les 200 plus beaux tableaux du monde" et "Les 200 plus beaux dessins du monde".

Louise Bourgeois, spiderwoman de la sculpture

Louise Bourgeois dans le documentaire américain d'Amei Wallach et Marion Cajori, "Louise Bourgeois : l'araignée, la maîtresse et la mandarine"; PRETTY PICTURES.




Les araignées géantes de l'artiste américaine Louise Bourgeois trônent au quatre coins du monde, de Tokyo à Londres en passant par Paris, Bilbao, New York... Ces sculptures métalliques noires et monumentales, qu'elle réalise depuis le début des années 1990, ont des grandes pattes anguleuses qui enserrent l'espace de jardins publics, de salles de musées, de halls de multinationales...
Louise Bourgeois, 97 ans, est devenue la femme artiste la plus célèbre du monde en construisant une oeuvre nourrie de terreurs enfantines, dont les deux figures les plus saillantes sont la mère araignée et le père phallus (rebaptisé "fillette" par sa créatrice).



"Louise Bourgeois : l'araignée, la maîtresse et la mandarine", un film documentaire américain de Marion Cajori et Amei Wallach. (1 h 35.); la bande annonce sur allociné : http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=18924840&cfilm=146497.html
Beaucoup d'articles dont :

07 décembre 2009

Mori Art Museum, Médecine et Art

Jan FABRE - "I drive my own brains II" (Ik men mijn eigen brein II) ; peinture sur silicone médical, cire, textiles, cuir et métal ( 2008 ) 43 x 29 x 24 cm.


Sous le titre "Medicine and Art: Imagining a Future for Life and Love", une exposition au Mori Art Museum (Tokyo), du 28 novembre 2009 au 28 février 2010. Le site du musée : http://www.mori.art.museum/english/contents/medicine/index.html


"Depuis les planches anatomiques, en souvenir de Vésale, jusqu’à aujourd’hui en passant par Léonard de Vinci, médecine et art ont fait ménage, parfois étrangement. Le corps est le point de départ, le lieu commun qui unit les deux. Son exploration permet de guérir et autorise un artiste à s’exprimer via son enveloppe corporelle. Se pose également la question de la vie et de la mort. Au programme de Médecine et Art à Tokyo, une sélection d’objets du Wellcome trust (une collection dédiée à la médecine fondée en 1937 par un entrepreneur en pharmacie). Trois thèmes orchestrent l’exposition. 1. A la découverte de la beauté du corps intérieur avec des dessins anatomiques de la Renaissance, mais aussi Warhol. 2. Le combat contre la maladie et la mort pose la question philosophique de la mort, la technologie n’apportant qu’un embryon de réponse. Œuvres de Damien Hirst, Yanagi Miwa. 3.°Vers une vie éternelle et l’amour offre une vision plus optimiste. Œuvres de Francis Bacon, Jan Fabre."
Une présentation de l'exposition par Antigone Schilling sur le site http://www.culturezap.fr/

Roxy Paine, nature humaine


"Maelstrom" (2009), de l'artiste américain Roxy Paine, est la sculpture (acier inoxydable) la plus importante (en taille) jamais installée sur le toit du Metropolitan Museum of Art de New York (MET) ; une déclinaison sur le thème de l'interaction entre deux mondes, le naturel et l'industriel. La terrasse du Musée est située en plein milieu de Central Park et entourée par les gratte ciels. La sculpture était visible du 28 avril au 25 octobre 2009.
La page du MET : http://www.metmuseum.org/special/se_event.asp?OccurrenceId=%7B6267CA47-491B-4776-A468-0673F8362B0F%7D
Voir aussi le site de la galerie de l'artiste : http://www.jamescohan.com/artists/roxy-paine/ et une interview informative : http://www.museomagazine.com/issue-12/roxy-paine

D'autres arbres???
http://acasculpture.blogspot.com/2007/10/sculpture-nature.html
http://acasculpture.blogspot.com/2009/09/michel-de-broin-du-bon-usage-du-beton.html
http://acasculpture.blogspot.com/2009/06/giuseppe-penone-matrice-de-seve-lensba.html
http://acasculpture.blogspot.com/2008/12/sculptures-de-bruxelles.html
http://acasculpture.blogspot.com/2008/05/sculpture-verte.html

Sculpture , mode d'emploi

Andy Goldsworthy, Roof, 2005 (Photo: Lee Ewing, National Gallery of Art)


Un site, "artisancam", qui montre des vidéos passionnantes à propos du travail d'Andy Goldsworthy, et cela autour de son exposition au Yorkshire Sculpture Park : http://www.artisancam.org.uk/pages/artists/andy/timelapse.php . Vous y découvrirez certaines techniques mises au point pour ses installations : constuction de murs de pierre ou de terre, réalisation de trous dans des plaques de pierre, craquelures dans la terre, assemblages de branches de noisetiers ...

Nombreuses autres vidéos à découvrir sur ce site didactique : http://www.artisancam.org.uk/home.php ; des artistes comme Antony Gormley (à ne pas rater) mais aussi des artisans : poterie, vannerie...

Le "YSP"(Yorkshire Sculpture Park) et la page consacrée à l'exposition de l'artiste en (2007-2008) : http://www.ysp.co.uk/view.aspx?id=517 .
Attention, bientôt une expo David Nash (29 Mai 2010 au 31 Janvier 2011).

Dernières nouvelles de l'atelier...

" Salut, c'est moi Victor! Je suis né à Namur il y a quelques jours et je suis en pleine forme; Vincianne, ma maman, se porte bien."
La courbe de natalité de l'atelier de sculpture est au beau fixe depuis quelques années, tant du coté des étudiants que des enseignants...

04 décembre 2009

Song Wei, nourritures spirituelles...

Song Wei, "Hamburger", Fibre de verre; 80 x 80 x 80 cm , 2008


La Red Gate Gallery (Beijing), propose un aperçu de la jeune scène chinoise contemporaine avec l'exposition "30 degrés: 30 ans, 30 artistes, 30 perspectives", jusqu'au 13 décembre 2009.
A l'heure où les multinationales occidentales envahissent le champ visuel et culturel chinois, ces jeunes artistes s'interrogent sur le sens moderne de leur identité. Si certains célèbrent les bienfaits de l'ouverture, en particulier une plus grande liberté individuelle, la majorité porte un regard plutôt acide. Sculpture de hamburger géant décoré par des motifs de la dynastie des Qing, tapis religieux bouddhique où les signes auspicieux ont été remplacés par les sigles de marques de luxe occidentales... tout cela ne manque pas d'humour. Le titre de l'exposition vient de la sculpture de l'artiste Liu Chenxi, inspirée par les célèbres guerriers en terre cuite de Xi'an. Revêtus de l'uniforme Mao, deux des trois guerriers de Liu Chenxi ont la tête et le buste tranchés. “A 30 degrés” explique Liyu Yeo, “car depuis 30 ans beaucoup de choses ont changé...et parfois c'est une coupure assez violente”. Créée en 1991 par Brian Wallace, la Red Gate Gallery est la première galerie d'art contemporain de Chine. Elle est située dans un bâtiment historique datant de l'époque des Ming, la tour de garde de Dongbienmen.
Information sur : http://www.aujourdhuilachine.com/article.asp?IdArticle=12920#

01 décembre 2009

Erwin Wurm, one minute sculpture

"One minute sculpture"
"L'artiste contemporain Erwin Wurm expose ses dernières oeuvres à la célèbre Kunstbau munichoise, et propose à travers des créations absurdes une interactivité bienvenue. Dans un univers qui forcément divise, dérange parfois, l'artiste autrichien se moque de tout, comme de lui-même.
Coller à la réalité pour mieux choquer.
Qu'est qui change une situation banale en une oeuvre dotée d'un sens et d'une existence propres ? Cette question agitée aura brûlé bien des lèvres chez les visiteurs de toutes les expositions d'oeuvres contemporaines. Où se trouve la limite ? A cette question, Erwin Wurm répond simplement qu'elle n'existe pas. L'art est dans la vie, l'en sortir serait déjà une faute. Est-ce à dire alors qu'il ne faut rien y changer, la capturer seulement ? Bien au contraire, il faut, toujours selon l'inventeur des célèbres One minute sculptures, l'altérer. Créer non pas une différenciation, mais une distorsion
."
Suite de l'article : http://www.artistikrezo.com/art/Sculpture/lart-pas-triste-selon-erwin-wurm.html

Du 17 octobre 2009 au 31 janvier 2010. Kunstbau de Munich, Städtische Galerie im Lenbachhaus (Luisenstrasse, 33 à Munich ) : http://www.lenbachhaus.de/cms/index.php?id=58&L=1&tx_ttnews%5Btt_news%5D=152&tx_ttnews%5BbackPid%5D=1&cHash=70d34404f9


A la galerie Xavier Hufkens (jusqu'au 3 décembre) : http://www.xavierhufkens.com/artist/?works_overview=Erwin_Wurm

29 novembre 2009

Xiao Yu, "l'ex-éthique du recyclage..."



"Ruan", 1999Installation


"Ruan", est une installation connue aujourd'hui sous le titre de Bébé-Mouette. Soit une tête de foetus humain, des yeux de chat et un corps de mouette pour composer cette chimère. "Ruan" pourrait être une traduction du mot chinois « Xuan (玄) » qui signifie profond et obscur. Si ce mot chinois est combiné au mot femme, ils référent alors à une histoire mythologique chinoise.
Le travail de l'artiste chinois Xiao Yu dérange pas mal de monde. Cette œuvre, déjà présentée à Venise en 2001, a suscité la polémique notamment au Kunstmuseum de Berne en 2005 : elle avait d'ailleurs été retiré de l'exposition.

Si ce type de recyclage vous intéresse voyez également le travail du taxidermiste Nate Hill, au travers d'une vidéo-interview (retraçant également les visites guidées un peu spéciales de l'artiste) placée sur la page : http://anthonysubietas.com/

26 novembre 2009

La renaissance (de la sculpture) africaine


"La Renaissance africaine", Reuters/Finbarr O'Reilly


Un nouveau monument, appelé "Monument de la Renaissance africaine", est en cours de construction au Sénégal. Il doit symboliser le potentiel et la croissance du continent.

Les artisans nord-coréens s’attellent à la construction du monument de bronze et d’acier. Ils sont à pied d’œuvre sur une colline de Dakar, bâtissant l’une des structures les plus ambitieuses du monde. D’une hauteur de plus de 50 mètres, le monument, une fois terminé, sera plus grand que la Statue de la Liberté à New York. Il représentera un homme émergeant d’un volcan, sa femme dans un bras et son enfant dans l’autre. L’initiative est née de la volonté du président sénégalais, Abdoulaye Wade.

Découvrez dans le journal le monde les polémiques nées autour de ce projet pharaonique : http://www.lemonde.fr/afrique/article/2009/11/25/dakar-la-statue-de-l-afrique-le-president-ses-droits-d-auteur_1271802_3212.html

Ousmane Sow, sculpteur sénégalais, interrogé à propos du monument de la renaissance africaine dans un document audio, explique que c'est lui qui a proposé l’idée à Abdoulaye Wade, mais qu'il s’est depuis complètement détaché du projet : http://www.seneweb.com/news/article/25176.php

25 novembre 2009

Barry Underwood, lumières dans le paysage



Découvert sur le net, des interventions qui relèvent du landart, par Barry Underwood, un photographe américain. Voir ci-dessus le modus operandi en vidéo qui est peut être plus "lumineux" que cette citation (traduction maison) :
"La lumière et la couleur sont utilisés comme des outils subjectifs affectant la perception de l'espace tout en défamiliarisant les objets communs. Dans ce travail, cependant, l'espace de l'illusion est mis en cause par les lumières que j'ai installées, qui apparaissent comme des intrusions et interventions car elles contrastent avec les propriétés inhérentes de l'atmosphère de la lumière naturelle. Cette combinaison rend les formes du paysage abstraites."


Une série de travaux de l'artiste : http://www.fubiz.net/galleries/set/barry-underwood/


Le site de l'artiste (images de taille réduite mais plus nombreuses): http://www.barryunderwood.com/

24 novembre 2009

Isadora Duncan, "Une sculpture vivante"

"La danse" (1912) Antoine Bourdelle; bas-relief sur la façade du théâtre des Champs Elysées
« Lorsque la grande Isadora Duncan a dansé devant moi, trente ans de ma vie regardait tous les grands chefs-d’œuvre humains s’animer soudain dans ses plans ordonnés du dedans par tout l’élan de l’âme ».
Isadora Duncan (1877 - 1927) "Une sculpture vivante", une exposition au musée Bourdelle, présentée du 20 novembre 2009 au 14 mars 2010, consacrée à Isadora Duncan, l’une des sources d’inspiration du sculpteur, ainsi qu’en témoigne l’abondance de dessins conservés au musée. Première manifestation d’importance dédiée à cette figure pionnière de la danse, elle porte sur les années qu’Isadora passa en France. L’exposition s’articule en cinq volets restituant le contexte intellectuel et artistique d’une époque, et célébrant la danseuse. Défiant les conventions, Isadora dansait pieds nus, vêtue d'une tunique dévoilant sa nudité, sur des musiques d'esthétique romantique.


Musée Bourdelle18, rue Antoine Bourdelle à Paris.
Quelques précisions : http://www.paris.fr/portail/Culture/Portal.lut?page_id=6408&document_type_id=2&document_id=72522&portlet_id=15833

23 novembre 2009

Pour les fêtes, le bon goût sera belge sur les Champs-Elysées

Français, réjouissez-vous! Après les pralines et la bière, voici venir la sculpture de glace! Cette pratique est déjà bien ancrée chez vos voisins du "grand nord"; vous pourrez donc la déguster pour votre plus grand bien sur les Champs-Elysées...

C’est une société belge installée à Bruges, spécialisée dans la sculpture à base de glace et de neige et baptisée Snow & Ice Events qui organise cette animation pour la première fois à Paris. Pendant près de deux semaines, 16 artistes venus des quatre coins de la planète se sont enfermés dans une tente maintenue à une température négative pour sculpter, chacun à leur manière, un grand monument parisien dans de la glace en provenance directe de Laponie.

Et la version belge : http://www.sculpturedeglace.be/

Sculpture Photographie, un horizon commun 1839-2009"

Statue de la Liberté lors de sa restauration en 86


A voir, l'exposition "Sculpture Photographie, un horizon commun 1839-2009" qui est ouverte du 26 juin au 25 décembre 2009. En plein air, allée des Clochetons au Domaine de Sceaux, Hauts-de-Seine.

Mao, quelque part en Chine...


Composée de 84 photographies reproduites en grand format (120x150 cm), cette exposition sous forme d’anthologie retrace l’Histoire de la sculpture, art majeur et témoin fondamental des civilisations. De l’archéologie des sculptures primitives aux développements conceptuels du Land Art et du Minimalisme en passant par l’invention des canons de la sculpture classique dans l’Antiquité… cette exposition aborde notamment les grandes figures comme Michel-Ange, Cellini, Rodin, Brancusi… la sculpture égyptienne, khmère, le masque ou le totem, et toutes les grandes formes savantes ou vernaculaires qu’a pu revêtir la sculpture au cours de ses 6000 ans d’Histoire. Cette présentation éclaire également sur les liens étroits qui unissent la sculpture à la peinture, le dessin, l’architecture, le design et la photographie.



Les bouddhas géants de Bâmiyân avant leur destruction, Afghanistan

Autre enjeu mis en valeur, le rapport qu’entretient la sculpture avec l’espace et la lumière, ce que fait Élise Pailloncy dans « L’Éblouissement », 1973, où l’art minimal de Dan Flavin rythme l'espace par ses tubes de lumière fluorescente. Les photographies de Redemann, Penone, Seymour, Le Gac, Couturier…, les images de Staline en morceaux, d’un bourgeois de Calais, de la caricature en fil de fer de Fernand Léger par Calder, de « La Poupée » de Bellmer ou de la « Cuillère » monumentalisée par Patrick Tosani, en 1988, sont des exemples de la mutation profonde de l'acception du mot « sculpture ». Cet art désormais sans frontières s’applique aussi bien au paysage, avec les tenants du land art que sont Christo et Robert Smithson (vue aérienne de la « Spiral Jetty », 1970), qu’à l'architecture, avec André Bloch et sa « maison sculpture » à Meudon.

Extrait de la page consacrée à l'exposition sur "Vallée de la Culture", un des sites du Conseil général des Hauts-de-Seine : http://www.vallee-culture.fr/culture/exposition-92-musee-expositions-sortie-92/Sculpture-photographie-exposition-au-parc-du-domaine-de-sceaux

Giuseppe Penone, sculpture au Parc de Kerguehennec

Les photos illustrant l'article proviennent d'un ensemble à découvrir sur la page Facebook de Z-Factory : http://www.facebook.com/pages/Z-Factory/158633574894?ref=nf#/album.php?aid=124602&id=158633574894


Tout Baselitz à Baden-Baden

Peuple truc zéro, 2009, Collection privée



La Staatliche Kunsthalle Baden-Baden présente l'oeuvre sculptée de l'artiste, depuis la première oeuvre « Modèle pour une sculpture » (1979/80) jusqu'aux sculptures les plus récentes comme « Peuple truc zéro » (2009) qui sera pour la première fois exposée, à Baden-Baden. Dans les neufs salles verrières, les sculptures en bois de neufs phases de travail importantes seront montrées. Celles-ci entreront ponctuellement en dialogue avec des peintures qui traitent du même sujet que les sculptures. On pourra ainsi voir que si le peintre Baselitz s'approprie à grands coups de brosse la plus grande liberté possible, le sculpteur, lui, travaille le bois à la tronçonneuse, à la hache et au burin. L'action brute crée des lignes, entailles et incisions abruptes dans les sculptures. Leur figuration particulière dépend de cet acte brut qui donne leur apparence caractéristique aux sculptures. La sculpture est, d'après l'artiste, le chemin le plus court pour traiter d'un même problème, car la sculpture est plus primitive, plus brute et radicale que la peinture. La force d'expression de l'image est dans la sculpture moins codée, donc lisible de façon bien plus directe.


Extrait de la présentation de l'expo sur le site du musée : http://www.kunsthalle-baden-baden.de/Ausstellungen/Aktuell_frz.html
"BASELITZ. 30 ANS DE SCULPTURE" à la Staatliche Kunsthalle de Baden-Baden; du 21 novembre 2009 au 14 mars 2010.

Voir l'article du quotidien le monde "L'oeuvre de Georg Baselitz envahit les musées de Baden-Baden" : http://www.lemonde.fr/culture/article/2009/11/21/l-uvre-de-georg-baselitz-envahit-les-musees-de-baden-baden_1270213_3246.html

En parallèle avec l'exposition de sculptures, la rétrospective peinture "BASELITZ. 50 ANS DE PEINTURE" au Museum Frieder Burda : http://sammlung-frieder-burda.de/

Le site, plutôt aride, de l'artiste renvoyant aux différents lieux d'exposition : http://www.georgbaselitz.com/