Articles les plus consultés

03 juillet 2009

Bricolages de vacances...

« Un Château sur la Mer » est l'oeuvre de Wataru Itou, un jeune artiste japonais; cette création est actuellement présentée à Uminohotaru (près de Tokyo). L’intégralité de la sculpture se compose de papier soigneusement découpé et plié: soit quatre années de travail...

D'autres images sur : http://tokyobling.wordpress.com/2009/07/01/a-paper-craft-castle-on-the-ocean/ . Faites un petit tour au fil des tags de ce Tokyobling’s Blog, vous ne serez pas déçus : de nombreuses images contrastées du Japon contemporain.

01 juillet 2009

Prises de têtes...

Crédits photo : AFP


Une proposition de loi visant à restituer des têtes maori inquiète les musées.


...]Il y a une dizaine d'années, explique un patron de musée, pour faire la promotion des Journées du Patrimoine, l'Etat avait affiché en tête du programme une tête maori qui figure dans les collections de l'Etat - une vingtaine entre Paris, Marseille, Nantes, La Rochelle ou Lyon. "Aujourd'hui tout le monde les cache." Car exposer un reste humain comme un Vermeer est jugé indécent. D'autant que nombre de Maori ont été tués, au XVIIIe siècle, pour alimenter un commerce alors en vogue. Jusqu'à ce que ce commerce soit interdit par le colonisateur britannique en 1831.[...]Beaucoup de chercheurs craignent que ce texte ouvre une brèche dans la sacro-sainte règle de l'inaliénabilité. Un colloque, qui a eu lieu en février 2008 au musée du Quai Branly, montrait que depuis dix ans, les musées européens et américains étaient confrontés à des demandes croissantes de restitution de restes humains : ossements ou squelettes ayant appartenu à des ancêtres, crânes de chefs décorés de manière rituelle, têtes maori... L'anthropologue Maurice Godelier expliquait : "Pour de nombreuses cultures, la mort n'est pas la fin de la vie. La personne continue de vivre par les ossements." D'où les demandes de restitution.[...


L'ensemble de l'article : http://www.lemonde.fr/culture/article/2009/07/01/une-proposition-de-loi-visant-a-restituer-des-tetes-maori-inquiete-les-musees_1213949_3246.html#xtor=RSS-3246


Sur ce thème : http://rouen.blogs.com/tetemaori/ et http://rouen.blogs.com/tetemaori/files/dp_maori_07.pdf


Ce qui renvoie à la question récemment abordée de la restitution des sculptures de la Frise du Parthénon.

Giacometti, "l'éblouisseur"

Alberto Giacometti dans son atelier dans la rue Hippolyte Maindron, env. 1950. © FAAG


Alberto Giacometti dans son atelier dans la rue Hippolyte Maindron, 1927 Photo: Eberhard W. Kornfeld





...]Mais le héros, c'est Alberto (1901-1966). Et, selon Suzanne Pagé, qui monta avec l'artiste Rémy Zaugg (encore un Suisse) et l'architecte Jean-François Bodin une exposition d'anthologie au Musée d'art moderne de la Ville de Paris en 1991 : "C'est la meilleure rétrospective qui pouvait être faite aujourd'hui !"
Qu'on en juge : 150 oeuvres, dont beaucoup rarement, voire jamais, montrées, malgré la multiplication des expositions ces derniers temps : l'une à Berlin, puis à Zurich, consacrée à l'influence de l'art égyptien sur l'artiste ; l'autre, à Genève, au Musée Rath ; une troisième, au Centre Georges Pompidou en 2008, centrée sur les collections de la Fondation Giacometti de Paris. Cette dernière a prêté 20 oeuvres, son homologue de Zurich 35. Le reste provient de musées ou de collections privées. Et d'Ernst Beyeler lui-même. Le galeriste à l'origine de la fondation bâloise a eu en effet entre les mains plus de 300 Giacometti. Il en a conservé quelques-uns. Et il sait où sont les autres.[...



"Giacometti", Fondation Beyeler, Baselstrasse 101, Riehen (Suisse). Jusqu'au 11 octobre 2009.
http://www.beyeler.com/

Les promenades de la rose d'Angers


"La sculpture la Rose des sables a quitté la place Mitterrand d’Angers. L’imposante Rose de 3,5 tonnes et 6,50 m de haut a été soulevée par une grue ce matin. La sculpture d’André Hogommat et Bernard Perrin est transportée dans les ateliers de la voirie de la ville d’Angers. La raison ? Le futur tramway doit passer exactement là où elle était installée. L’an prochain, elle devrait revenir, toute nettoyée, place François-Mitterrand, à quelques dizaines de mètres de l’emplacement qu’elle vient de quitter."
Pour les connaisseurs de la ville d'Angers , cette oeuvre se trouvait auparavant à la place du Ralliement; les entrées de parking qui avaient chassé la sculpture à l'époque (1994) se feront bientôt éjecter par le tramway... Voir : http://fr.wikipedia.org/wiki/Place_du_Ralliement_(Angers)