Articles les plus consultés

30 septembre 2009

Mario Irarrázabal, la main du sculpteur

La "Mano de Desierto"dans le désert d'Atacama au Chili. Photo : Marcos Escalier

Mario Irarrázabal s'est fait une spécialité dans la réalisation de mains géantes. Ici une réalisation dans un désert chilien (Pan American highway) réalisée en béton sur armature (11 mètres de haut). Inaugurée en 1992, elle est malheureusement continuellement victime de tagueurs malgré sa situation et doit être régulièrement nettoyée.

Un blog (étonnant, car orienté "vue d'en haut") dédié à Google Earth qui parle de cet artiste : http://www.tout-sur-google-earth.com/formes-artistiques-diverses-f119/la-mano-maldonado-uruguay-mario-irarrazabal-sculpteur-t8746.htm

28 septembre 2009

Jadikan, sculpteur de lumière

Jadikan, lightning project, bombephoto numérique sans retouche

A titre de documentation, un artiste qui pratique une technique basée sur la persistance rétinienne ou plutôt photographique dans ce cas (une seule prise de vue dont la durée s’étend sur plusieurs minutes), associant photo, techniques de lumières et chorégraphie; nombreux exemples sur le site de l'artiste (il y a moyen de couper la musique...) : http://www.jadikan-lp.com/

De ses sorties nocturnes, ses photographies en gardent la trace. Guilhem Nicolas aka Jadikan, (mot malaisien qui veut dire créer/transformer) travaille la nuit et expose le jour son «Lightning Project », du 27 septembre 2009 au 16 janvier 2010 au Centre de Création numérique LE CUBE.

"En quête perpétuelle d'espaces en friches, je me nourris de murs taggés, d'usines en ruine et de châteaux désaffectés. Les faubourgs d'ombres sont mon royaume; la lumière ma terre d'exil.
Bricoleur inspiré, mes journées, je les passe à concevoir des lampes, des diodes, des torches; à inventer les pinceaux lumineux qui me serviront la nuit à couvrir l'espace de phosphorescences, d'apparitions nébuleuses et fluides..
."

26 septembre 2009

Wilson Trouvé, fondu de sculpture



" La notion de fonte est au coeur de ma démarche artistique. Je travaille avec des matériaux malléables que je fais fondre (cire, colle thermofusible, bonbon...) et que j'utilise comme de la peinture, à travers l'acte de recouvrement / nappage d'une structure, d'un objet existant. La coulure, la dégoulinure, l'écoulement font partie de mon vocabulaire plastique et mes gestes sont intimement liés aux notions de fonte, d'affaissement et de chute. J'envisage ma pratique artistique comme un lieu où les choses fondent et se fondent."
Wilson TROUVÉ, 2007
Le site de l'artiste (à voir por les nombreux documents) : http://www.wilsontrouve.com/
Le site de la galerie Isabelle Gounod qui accueille l'expo du 5 septembre au 24 octobre 2009 : http://www.galerie-gounod.com/expositions.htm
Le site de "lunettes rouges" qui commente l'expo : http://lunettesrouges.blog.lemonde.fr/2009/09/24/revue-de-rentree/
Voir aussi ce site pour une série de documents : http://www.documentsdartistes.org/artistes/trouve/repro.html

25 septembre 2009

Anish Kapoor, Shooting into the Royal Academy ...

En entrant à la Royal Academy de Londres, le visiteur a toutes les chances d’entendre tonner le canon et de sentir vibrer murs et planchers. Toutes les vingt minutes, un grand canon, à air comprimé, projette à 80 km/heure un pot de 9 kg de cire et vaseline rouge qui s’écrase dans le coin d’une pièce et éclabousse les murs de la vénérable institution. On a précautionneusement recouvert les bords de portes d’une protection. L’effet est saisissant. Le rouge éclate, c’est le rouge de l’intérieur de nos corps, du sang. Un geste qui rappelle les éclaboussures de Jackson Pollock. Comme pour Pollock, la peinture échappe au créateur et fait son chemin, seule, produisant une forme surgie d’elle-même. Au rythme prévu, la salle se remplira petit à petit de cette cire rouge et à la fin de l’exposition, le 11 décembre, ce seront 30 tonnes de "peinture" qui seront étalées dans la pièce et sur les murs.

Suite de l'article (enthousiaste) "Anish Kapoor: Envol au-delà de nos sens" sur le site de la libre : http://www.lalibre.be/culture/arts-visuels/article/530660/anish-kapoor-envol-au-dela-de-nos-sens.html

Une rétrospective (ou "une mise en perspective de 30 ans de créations") des sculptures d'Anish Kapoor s'ouvre ce 26 septembre 2009 à la Royal Academy of Arts de Londres, avec pour attraction un canon géant tirant des boulets de cire rouge sur un coin de mur. Jusqu'au 11 décembre 2009.

Voir le site de la Royal Academy of Arts : http://www.royalacademy.org.uk/exhibitions/anish-kapoor/about/ Beaucoup d'autres vidéo sur youtube à propos de l'artiste : http://www.youtube.com/watch?v=syQ-1MOs9Sc&feature=player_embedded#t=13
En bonus sur un site inconnu, une série de photos; on ne sait pas d'où elles sortent mais elles donnent la mesure de l'expo : http://dilidou.com/2009/09/23/lexhibition_danish_kapoor_a_la_royal_academy_21_photos.html

Et pourquoi pas une petite visite chez l'artiste : http://www.guardian.co.uk/artanddesign/2008/sep/23/architecture.art

22 septembre 2009

Sculptures entre Guimet




L’œuvre s’intitule « God Pound » et date de 2006. Six cents six statuettes de divinités en bois polychrome ou dorées, parfois acéphales, sont réunies en assemblée. Divinités du taoïsme, du confucianisme ou du bouddhisme, courants majeurs des religions d’Asie, ces divinités évoquent par leur multiplicité, un signe du syncrétisme culturel asiatique. Ces statuettes tournées vers un même horizon fixent un écran plasma, sur lequel le chien de Peng - « le moine canin », signe mot à mot le texte d’une chronique de l’artiste intitulée Supplique aux Dieux, sur un mur blanc. En plaçant l’animal au centre de la création, l’ordre des choses s’inverse et le chien permet à l’artiste de mieux démythifier l’œuvre d’art. Du 17 juin au 19 octobre 2009

La programmation 2009-2010 du Musée Guimet (Paris) alternera ainsi des expositions patrimoniales sur les arts sacrés du Bhoutan à partir d'octobre ou l'art bouddhique du Gandhara en avril 2010 avec des cartes blanches accordées en 2010 à l'artiste chinois Ai Weiwei ou en 2011 au Britannique d'origine indienne Anish Kapoor. Visiter virtuellement les collections : http://www.guimet.fr/Une-installation-contemporaine-au,806

La sculpture intime

Aube Elléouët Breton, Broche, 1998


L'exposition "Bijoux d'Artistes" au Musée du Temps de Besançon (dont nous avons déjà parlé : http://acasculpture.blogspot.com/search?q=skoda) réunit durant tout l'été une collection exceptionnelle qui constitue une sorte de musée idéal et intime de l'art du XXème siècle. Ces 150 bijoux issus d'une collection privée (Clo Fleiss) sont signés des plus grands noms de l'art moderne et contemporain : des origines avec Gonzalez, Gargallo ou Picasso à Anish Kapoor, de dada au surréalisme avec Man Ray, Wifredo Lam, Victor Brauner, Max Ernst à Miquel Barcelo, de Giacometti à Louise Bourgeois, de Calder à l'art cinétique de Pol Bury et François Morellet, de Dubuffet aux nouveaux réalistes et pop'artistes Arman, César et Lichtenstein. 92 artistes provenant des quatre coins du monde ont créé par amusement ou prouesse technique des bijoux en or, argent, acier, plastique ou même avec de simples pierres de rivières. Conçus pour une personne proche ou pour le plaisir, ces bijoux sont souvent uniques ou édités en séries très limitées. Ils sont souvent méconnus du public, et même des admirateurs de ces artistes. du 11 juin au 8 novembre 2009.


Voir le très complet dossier de presse : http://www.besancon.fr/gallery_files/site_1/346/353/782/dp_bijoux_dartistes.pdf


... et l'article du monde "Des artistes s'amusent à créer des bijoux coquins" : http://www.lemonde.fr/culture/article/2009/09/02/des-artistes-s-amusent-a-creer-des-bijoux-coquins_1234854_3246.html

Xavier Veilhan, vu de l'extérieur


Puisqu'on ne parle que de lui, pourquoi ne pas commencer par le fond :

L'intériorité ? Cela n'est guère sa tasse de thé. "Même si cela peut sembler léger, je m'intéresse beaucoup aux signes extérieurs, à la mode, à une certaine futilité, car c'est là que s'exprime le désir des gens." Son premier désir ? "Être transparent. Sans pour autant rejeter le concept, bien sûr." Pour Ami Barak, commissaire d'exposition, "Xavier Veilhan est un témoin oculaire de son propre temps. Il agit dans une attitude militante, dans le sens où il laisse le spectateur libre de se faire sa propre vision".
Extrait de l'article "Xavier Veilhan, artiste constructeur" du journal le monde de ce 22 septembre 2009 : http://www.lemonde.fr/culture/article/2009/09/22/xavier-veilhan-artiste-constructeur_1243622_3246.html#xtor=RSS-3246

Et si vous avez la patience:

"Après Koons, le plasticien Xavier Veilhan s'installe à Versailles" : http://culturebox.france3.fr/all/14626/Apr%E8s+Koons,+le+plasticien+Xavier+Veilhan+s
...

Mais ne ratez surtout pas l'article de "Louvre pour Tous" se définissant comme le site qui informe et défend les visiteurs des musées dans un article de Bernard Hasquenoph du 07/09/09 , "Voir Veilhan Versailles avant l’heure", un article dérangeant qui nous rappelle qu'une certaine vigilance reste toujours nécessaire : http://louvrepourtous.fr/Voir-Veilhan-Versailles-avant-l,318.html

Et sans oublier le blog : http://www.veilhan-versailles.com/blog/

Simon Starling, transmutations de la matière

"The Nanjing Particles" , 2008; MASS, Museum of Contemporary Art, North Adams, Massachusetts

A voir au Macval, Simon Starling dans son exposition «THEREHERETHENTHERE» (oeuvres de 1997 à 2009). Du 18 septembre au 27 décembre 2009. Présentation sur le site : http://www.macval.fr/site.php?&lg=1
L'un des artistes britanniques les plus audacieux de la scène internationale, Simon Starling occupe une place de choix dans cette rentrée artistique. Avec un double projet, qui s'étend du MAC/VAL à Vitry-sur-Seine au centre d'art du Parc Saint- Léger, le lauréat 2005 du Turner Prize conçoit, en deux volets, sa première grande exposition monographique en France. Profitant des deux espaces, il poursuit un travail centré sur les transformations, les métamorphoses, créant de nouvelles circulations, du matériau à l'objet et de la substance à la forme, ou encore d'un lieu à l'autre.

Voir "Faire et défaire"très explicite sur la démarche de l'artiste, sur le blog : http://lunettesrouges.blog.lemonde.fr/2009/09/21/faire-et-defaire/
Un extrait de l'article à découvrir en entier :
Starling s’intéresse à la matière même, aux atomes de matière contenus dans les objets et au détournement de leur utilisation. A partir du platine contenu dans une photographie, il génère de l’électricité qui, en retour, va éclairer une photo de la même série. Prélevant une partie d’une photographie aux sels d’argent représentant une sculpture d’Henry Moore, il en extrait une molécule de bromure d’argent, qu’il agrandit des millions de fois et transforme en sculpture (en haut), étonnamment similaire à une oeuvre de Moore, lui-même adepte des formes naturelles : comme si une parenté, une vérité intrinsèque se dissimulait au niveau atomique tout au fond de l’objet initial (Silver particle / Bronze, after Henry Moore).

19 septembre 2009

Luke Jerram, le virus de la sculpture


Luke Jerram est un jeune plasticien qui s'est fait connaître par des réalisations en verre représentant différents virus. Une exposition de ses sculptures de verre ainsi que des photographiques et vidéo autour de ces recherches sera présentée à la Galerie Smithfied de Londres http://www.thesmithfieldgallery.com/events/luke-jerram-virology.html ; les travaux comprennent la grippe aviaire, la variole, le VIH, la grippe porcine, le SRAS et E. coli...
Du 22 septembre au 3 octobre 2009 . Voir les articles des journaux The Guardian et Times.
Cet artiste a également d'autres cordes à son arc et garde des liens étroits avec la science. Jerram s'investit dans des recherches sonores autour des orgues et harpes éoliennes; lui et ses collègues de l'Institute of Sound and Vibration Research de l'Université de Southampton ont obtenu une subvention pour la conception, la création et la tournée britannique de son installation de Resonance. Voir également les vidéos didactiques à propos de ces recherches sur son site personnel : http://www.lukejerram.com/

16 septembre 2009

Lyon 2009, c'est parti pour "Le spectacle du quotidien"



"Sarah Sze crée des sculptures éphémères liées à un lieu précis. Elles sont construites avec des milliers de petits objets de la vie courante, assemblés en des formes à la fois maîtrisées et irrationnelles. Créant des réseaux de sens et d’associations impossibles, échelles, plumes, tiges, ciseaux ou morceaux de polystyrène s’élancent dans l’espace et l’envahissent totalement pour constituer une vaste sphère. Chaque objet appartient à un tout : dans une théorie du chaos chaque fois reformulée, les oeuvres de Sze forment un mélange de hasard et d’équilibre fragile qui déconstruit l’espace autant qu’il crée des mondes possibles. Un étrange écosystème, à la manière d’un cycle de transformation et de recyclage, de croissance et de mort : les installations de l’artiste incorporent les contingences de l’instant et du site (le mouvement de l’air, l’orchestration du poids des objets ou les couleurs qui se fanent) ; une fois l’exposition finie, l’oeuvre de Sze est démontée et ses matériaux sont conservés pour une réutilisation future dans une nouvelle sculpture."
Elle expose actuellement à la Xème Biennale de Lyon. (Il sagit ici du texte de présentation de son travail sur le site de la biennale)

Nous vous avions déjà parlé de la biennale il y a quelques mois suite au départ de la première commissaire Caroline David; cette charge ayant été reprise tardivement par le Chinois Hou Hanru. Cette fois on y est, du 16 septembre au 3 janvier 2010, et en quelques chiffres :
quatre lieux ( le Musée d'art contemporain, la Fondation Bullukian, l'Entrepôt Bichat et la Sucrière); trente-cinq oeuvres réalisées spécialement par les artistes pour cette Biennale et
un programme d'une centaine de manifestations.
"La Biennale est construite selon un modèle qui intègre plusieurs dimensions, parce que le thème recouvre plusieurs facettes. J'ai donc organisé la Biennale selon 5 piliers qui se retrouvent facilement au fil de l'exposition. Quand vous aller découvrir Le spectacle du quotidien, vous allez explorer « La Magie des Choses », qui vous propose le travail d'artistes qui modifient des objets, des situations du quotidien en de nouveaux horizons esthétiques et posent ainsi des questions d'ordre social, historique et politique. « L'Eloge de la dérive » s'intéresse aux artistes qui interviennent dans l'espace urbain et créent des formes artistiques qui résistent à l'ordre et aux contraintes spatiales.« Vivons ensemble » explore le dialogue entre la ville et les communautés qui l'habitent, alors que « Un autre monde est possible » reçoit la parole d'artistes qui examinent la réalité de façon critique et imaginent de nouveaux ordres sociaux parfois utopiques. Très proche de ce dernier pilier, il existe un projet qui s'appelle « Veduta » et qui inverse la proposition habituelle de l'art. Au lieu de faire venir le public voir des œuvres d'art, on fait aller les œuvres d'art vers le public et ce dans des quartiers en renouvellement urbain. Veduta, c'est en réalité la Biennale près des gens, chez eux. En proposant des expériences inédites autour de l'art contemporain, on essaie de nouer un dialogue, de parler d'art ou de tout simplement le regarder."

Extrait de l'interview de Hou Hanru, commissaire de la biennale de Lyon 2009, sur le site de la manifestation et qui résume très clairement son programme : http://www.biennaledelyon.com/

Ne ratez pas la galerie photos et vidéos qui donne un aperçu des expositions et manifestations.
La biennale est suivie de très près par le quotidien le monde (et avec enthousiasme) : "La Xe Biennale de Lyon en bref" http://www.lemonde.fr/culture/article/2009/09/15/la-xe-biennale-de-lyon-en-bref_1240634_3246.html , "Petites choses, grande réussite" http://www.lemonde.fr/culture/article/2009/09/15/xe-biennale-de-lyon-petites-choses-grande-reussite_1240626_3246.html#ens_id=1240636 , "Six artistes, six agitateurs du quotidien"http://www.lemonde.fr/culture/article/2009/09/15/six-artistes-six-agitateurs-du-quotidien_1240627_3246.html#ens_id=1240636 ... et encore beaucoup d'autres.

... Mais il y a aussi l'opposition qui s'exprime : http://apea.over-blog.net/article-35845185.html

14 septembre 2009

Teruhisa Suzuki, camera obscura


C'est porte fermée et de l'intérieur qu'on peut découvrir toutes les subtilités de cette sculpture car rien dans son aspect extérieur massif ne laisse deviner que la lumière pénètre à l'intérieur et que le paysage extérieur se projette sur des dépolis par le principe du sténopé (chambre noire avec un petit trou qui sert d'objectif). Découverte de l'artiste japonais Teruhisa Suzuki à l'occasion de l'exposition "La Vie des Formes", à Chalon ; du 12 septembre à la mi-novembre 2009, ce sont 18 sculptures - dont certaines monumentales - qui viendront animer l'espace urbain chalonnais et notamment les bords de Saône; avec parmi d'autres Mark di Suvero, Jean-Paul Domergue, Regina Falkenberg, Jean-Patrice Rozand, Jean-François Coadou, Charles G. Simonds, : http://www.vivre-a-chalon.com/lire_Chalon-Expo--_La-vie-des-formes_-_-Les-sculpteurs,23030f42b912bf47e2c28af9cc19658d3cd935d3.html

Ce sculpteur se caractérise par des pièces qui tiennent souvent du land art et qui intègrent fréquemment un dispositif de camera obscura, d'où sans doute le choix de son oeuvre pour le Musée Niépce de Chalon.

Le site de l'artiste (voir l'onglet "installation" en particulier) : http://www.asahi-net.or.jp/~sg8k-isgi/insta/index.html

Michel de Broin, du bon usage du béton

L'arc de Michel de Broin. Photo Victor Diaz Lamich @ copyright 2009

C'est au Parc Jean Drapeau à Montréal qu'a été célébrée, le 11 septembre 2009, la commémoration de la mort de l'ex-président chilien Salvador Allende en dévoilant l’œuvre "l'Arc" du sculpteur québécois Michel de Broin. La sculpture figure un arbre courbé en forme d'arc. Symbole de l'enracinement du peuple chilien, à la fois au Chili et en terre d'Amérique, l’œuvre réalisée en béton reprend l'image forte de l'arche. Métaphore de commémoration, l’œuvre incarne de manière sensible l'idéal d'Allende pour un monde meilleur.
Ce travail, s'il ne convainc pas nécessairement tout le monde par sa thématique ou son esthétique, n'en reste pas moins un véritable tour de force technique; il suffit de jeter un œil professionnel au site "Salvador Allende au cœur",où sont abondamment développées toutes les phases de la sculpture : http://allendemontreal.wordpress.com/le-monument-2/
Nous avons récemment évoqué l'artiste : http://acasculpture.blogspot.com/2009/08/michel-de-broin-matieres-premieres.html

12 septembre 2009

"Il Grande Cretto", mémoire d'une catastrophe



Découvert sur le net ( une fois de plus grâce à 'excellent : http://lunettesrouges.blog.lemonde.fr/) , une des plus fortes oeuvres du land art, ce vaste sarcophage de béton "Il Grande Cretto" construit (de 1985 à 1989) sur les ruines de l’ancien village de Gibellina (Sicile) - détruit en 1968 par un tremblement de terre - par l'artiste Alberto Burris. Voir : http://greg.org/archive/2006/10/04/alberto_burris_cretto.html et http://www.palinsesti.org/2006/grande-cretto

Au début des années 1970, l’artiste avait déjà développé la série des "cretti", des tableaux composés d’une couche de résine craquelée en séchant, où l’intervention de l’artiste est minimale: il y privilégie les matériaux utilisés et leurs propriétés naturelles.


Cretto Grande Bianco


Ce travail renvoie fortement à d'autres créations traitant de la mémoire : le "Mémorial de l'Holocauste" (2003) à Berlin de l'architecte Peter Eisenman, perpétuant le souvenir des victimes juives exterminées par les nazis au cours de la Shoah. Voir : http://commons.wikimedia.org/wiki/Denkmal_f%C3%BCr_die_ermordeten_Juden_Europas?uselang=fr et aussi http://www.holocaust-mahnmal.de/




Dans le même esprit, conçu par l'artiste britannique Rachel Whiteread, le Mémorial aux victimes autrichiennes de la Shoah représente une bibliothèque montrant la tranche des livres. Voir l'article du journal Guardian : http://www.guardian.co.uk/world/2000/oct/26/kateconnolly

11 septembre 2009

Du spirituel dans l'art...


A-t-il pensé à inviter Maurizio Cattelan?

Le pape Benoît XVI rencontrera des artistes du monde entier le 21 novembre dans la chapelle Sixtine pour renouer les liens entre culture et religion, a annoncé jeudi Mgr Gianfranco Ravasi, président du Conseil pontifical de la culture. Benoît XVI "invitera les artistes à reprendre le dialogue avec l'Église", a dit le cardinal lors d'une conférence de presse. Il a rappelé que les relations avaient été fécondes dans le passé mais qu'elles étaient "problématiques" dans la période actuelle, où il y a un "divorce" entre les deux mondes.
...
Parmi les Français, on note le plasticien Christian Boltanski, le peintre et sculpteur Daniel Buren et la plasticienne Louise Bourgeois. A l'heure actuelle, 75 artistes ont donné une réponse positive, comme les sculpteurs italien Arnaldo Pomodoro et mexicain Sebastian (de son vrai nom Enrique Carbajal), l'architecte italien Mario Botta, le musicien italien Ennio Morricone, le réalisateur italien Giuseppe Tornatore et le metteur en scène américain Bob Wilson.
L'article complet repris d'un dépêche de l'AFP : http://www.la-croix.com/afp.static/pages/090910124033.xcb16wri.htm
Et les artistes : Dorota Nieznalska, Andres Serrano, Paul Feyer, Martin Kippenberger ...

Les enfants de goldorak


Trouvé sur le net : une sculpture gigantesque de près de 18 mètres de haut à Tokyo, le robot "Gundam". Pour tout savoir sur ces robots : http://fr.wikipedia.org/wiki/Gundam et http://www.gundam-france.com/v4/
Le site d'origine à parcourir (plusieurs installations "monumentales") : http://blog.websourcing.fr/designphotos-12-sculptures-geantes/

Marc Quinn, ceci est mon sang...

Marc Quinn, "Têtes de sang", à la National Portrait Gallery de Londres
La National portrait gallery de Londres a dévoilé jeudi au public le dernier né de la série d'autoportraits "Têtes de sang" de l'artiste britannique Marc Quinn, un moulage de sa tête confectionné avec son propre sang congelé. La sculpture "Self" est le quatrième - et dernier en date - exemplaire de la série des "Têtes de sang" débutée en 1991. L'artiste, né en 1964, a depuis renouvelé l'expérience tous les cinq ans afin de documenter sa propre transformation et son vieillissement. Les trois autres exemplaires se trouvent à l'étranger. Le musée a été en mesure d'acquérir "Self", créée en 2006, pour 300.000 livres (341.445 euros) à la suite d'un appel aux dons. Entre 5 et 6 litres de sang ont été nécessaires, a précisé le musée. "L'inspiration de cette (série de) sculptures est née de la volonté de pousser la technique du portrait à l'extrême, une représentation qui n'a pas simplement la forme du modèle mais qui est en fait réalisée avec la propre chair du modèle", a expliqué Marc Quinn, cité dans un communiqué.
Nous avions déjà parlé de cette artiste lors de la création de la statue en or massif du mannequin britannique Kate Moss : http://acasculpture.blogspot.com/2008/10/sculpture-chair-et-pas-chic.html

09 septembre 2009

"Agoraphobia", le crash de l'opinion ...

«Agoraphobia»de Franz West ; photo DDM, Michel Viala
Cela se passe à Toulouse, mais cela pourrait se passer près de chez vous...
Il est question aujourd'hui de déménager cette sculpture, qui pourrait quitter Les Abattoirs pour un autre site. Un jardin public ? « Oui, mais le plus loin possible pour que je ne la voie plus ! » lance Dominique, une psychologue à la retraite, amatrice d'art contemporain, mais pas du tout séduite par ce qu'elle surnomme « le boudin fécal ». « J'ai envie de dire : « ça suffit ». On l'a assez vue, il faudrait la détruire, car c'est une œuvre éphémère », dit cette jeune mamie très chic. Toufik et Mahé, deux trentenaires en balade, ne sont pas aussi sévères. Pour eux, le « boyau » serait à sa place sur le gazon de La Daurade, près de la Garonne : « Il lui faut un grand espace, de la verdure ». Nathalie et Fanny voient aussi la sculpture au bord de l'eau, mais sur la rive d'en face, à la Prairie des filtres, « où elle apporterait un côté moderne qu'il n'y a pas », disent-elles. « Ici, devant un lieu qui s'appelle déjà Les Abattoirs, ce gros intestin, c'est un peu flippant, non ? ».

L'ensemble de l'article de La Dépêche : http://www.ladepeche.fr/article/2009/09/07/667521-Si-le-gros-boudin-rose-quittait-Les-Abattoirs.html
Nous aussi à l'atelier, nous avons eu le plaisir de vérifier l'enthousiasme du public lors de notre participation au Festival de l'Art et du Végétal de Ath; la presse se chargeant de relayer l'opinion sous le titre : "Ath: un peu trash la sculpture du crash!". Voir : http://www.lameuse.be/regions/tournai/2009-07-22/ath-peu-trash-sculpture-crash-716237.shtml

08 septembre 2009

Versailles ne reste pas de glace...

Takashi Murakami

L'expo de Xavier Veilhan n'a pas encore débuté (13 septembre) que les projets tombent à Versailles pour les prochaines années; les "frileux"qui avaient critiqué l'expo Koons n'ont pas fini de grincer des dents...

Après Jeff Koons l’année dernière et Xavier Veilhan ce mois-ci, le Château de Versailles devrait présenter, au printemps 2010, le travail de l’artiste japonais Takashi Murakami. Cette envie, lancée il y a quelques mois par le château, devrait devenir réalité grâce au mécénat de l’Emirat du Qatar qui, chose nouvelle à Versailles, souhaite coproduire l’exposition. Celle-ci partira d’ailleurs à Doha à l’automne 2010. L’artiste nippon investira probablement le parcours de visite le plus pratiqué par les touristes avec des œuvres existantes et quelques créations faites exprès pour le lieu. En attendant, à partir du 15 septembre, la galerie Emmanuel Perrotin présentera un ensemble inédit de Murakami comprenant dix-sept peintures, cinq sculptures et deux films. Pour 2011, on parle déjà de Maurizio Cattelan, soutenu également par la galerie Perrotin.

En primeur sur le site de Connaissance des Arts : http://www.connaissancedesarts.com/art-contemporain/actu/articles/oeuvres-expositions/breves/takashi-murakami-et-maurizio-cattelan-au-chateau-de-versailles.html

Le site de la galerie EMMANUEL PERROTIN (énormément de photos :
Chiho AOSHIMA, Daniel ARSHAM, Hernan BAS, Bhakti BAXTER, Sophie CALLE, Maurizio CATTELAN, Peter COFFIN, Johan CRETEN, Wim DELVOYE, Eric DUYCKAERTS, ELMGREEN & DRAGSET, Lionel ESTEVE, Bernard FRIZE, Giuseppe GABELLONE, GELITIN, Duane HANSON, Jesper JUST, Bharti KHER, KOLKOZ, Klara KRISTALOVA, Guy LIMONE, Keegan MCHARGUE, Jin MEYERSON, Mariko MORI, Farhad MOSHIRI, MR., Takashi MURAKAMI, Martin OPPEL, Jean-Michel OTHONIEL, Paola PIVI, Michael SAILSTORFER, Aya TAKANO, Tatiana TROUVE, Piotr UKLANSKI, Xavier VEILHAN, Peter ZIMMERMANN ) : http://www.galerieperrotin.com/artiste-Takashi_Murakami-12.html


Le site de l'artiste : http://www.takashimurakami.com/

06 septembre 2009

Orlan, "Ceci est mon corps..."


L'Académie Royale des Beaux-Arts de Bruxelles -École Supérieure des Arts- invite Orlan pour sa conférence inaugurale de l'année académique, ce mardi 15 septembre 2009 à 18h30. Le titre : "Ceci est mon corps...Ceci est mon logiciel. Entre culture occidentale et non occidentale."
Elle évoquera entr'autre son utilisation des biotechnologies pour créer une installation intitulée Manteau d'Arlequin réalisée à partir de cellules de l'artiste et de cellules d'origines humaine et animale. Quelques clefs dans un article du journal le monde : http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3246,36-1184397@51-1183854,0.html
Renseignements sur le site de l'école : http://www.arba-esa.be/ Amphithéâtre Victor Horta. Entrée gratuite dans la limite des places disponibles.

Icône emblématique, provocatrice, engagée, aux frontières de l'art contemporain, de la biotechnologie et des logiques médiatiques, Orlan fait aussi escale à L'abbaye de Maubuisson (F) à partir du 30 septembre 2009. Artiste mutante, les vidéos et les sculptures de ces "unions mixtes, mariages libres et Noces barbares" ne manqueront pas de de chatouiller notre imaginaire, et d'agacer les mystères de la chapelle et du cloître de l'abbaye reconvertis en espace d'exposition d'art contemporain. Du 30 septembre 2009 au 8 mars 2010 à l'Abbaye de Maubuisson . Ne ratez pas le formulaire "Appel à contribution auprès des habitants du Val d'Oise": http://www.vonews.fr/docs/annonce%20Mariages%20mixtes.doc
A voir également l'exposition "sk interfaces"au Casino de Luxembourg http://www.casino-luxembourg.lu/content_fr.htm :
"The exhibition sk-interfaces at the Casino Luxembourg is an enlarged version of the exhibition presented in 2007 at the Biennale of Electronic Arts in Perth, Australia, and in 2008 at the Foundation for Art and Creative Technology (FACT) in the ambit of Liverpool 2008, European capital of Culture, where it had a major success among the public."

du samedi 26 septembre 2009 au dimanche 10 janvier 2010

Le site de l'artiste : http://www.orlan.net/
La page Facebook : http://www.facebook.com/pages/ORLAN/89715705814?_fb_noscript=1

Nous avions parlé récemment de Orlan dans le cadre de "LA FORCE DE L’ART 02" : http://acasculpture.blogspot.com/2009/04/orlan-au-musee-grevin-le-corps-decale.html

Alberto et Diego, les frères sculpteurs

«Tête de Diego», le frère d'Alberto; "l'autre Giacometti". Crédits photo : (AKG-Images)

Pierre Matisse, l'un des marchands de Giacometti à la fin de sa vie, a donné une image sans fard du travail d'Alberto : «Une fois, j'ai trouvé dans son atelier un buste, et comme je m'extasiai et lui dis: "Il faut absolument le faire fondre, ne plus y toucher", il s'écria: "Non, non, tu vas voir!" et il se mit à travailler le buste avec ses mains. En quelques minutes, le buste avait disparu. Il dit: "Ça ne fait rien, je le referai cette nuit."»

Jamais satisfait, Alberto voulait pousser plus loin sa recherche. Et si décidément, il n'était pas satisfait de sa sculpture, il l'abandonnait ou la jetait carrément dans la poubelle où Diego la récupérait et tentait de convaincre son frère : «Tu sais, ce n'est pas si mal.»

Une exposition à la Fondation Beyerler que nous avions déjà évoquée avant les vacances : http://acasculpture.blogspot.com/2009/07/giacometti-leblouisseur.htmlbiais

L'ensemble de l'article du Figaro Magazine qui apporte un éclairage intéressant par le biais de sa biographie : http://www.lefigaro.fr/lefigaromagazine/2009/09/05/01006-20090905ARTFIG00050--l-ecorche-vif-.php

Deux expositions (Alberto) Giacometti à voir :
à la Fondation Beyeler, à Riehen-Bâle, jusqu’au 11 octobre 2009 : http://www.beyeler.com/
et ensuite au musée Rath (expo consacrée à la période genevoise de l'artiste), à Genève, du 5 novembre 2009 au 21 février 2010 : http://www.ville-ge.ch/mah/index.php?content=5.2.1.1.1.1.&id_eve=530&langue=frs


La collaboration de Diego avec Alberto fut si étroite qu'il est parfois difficile de dissocier le travail de Diego de celui d'Alberto, de treize mois son aîné, chacun faisant preuve d'une grande dextérité dans la réalisation de ses propres oeuvres. Les frères Giacometti conserveront le même atelier de sculpteur, 46, rue Hippolyte-Maindron, à Paris, jusqu'à la fin de leur vie ...

Extrait de la page wikipedia consacrée à Diego : http://fr.wikipedia.org/wiki/Diego_Giacometti

Pour s'informer d'avantage sur la question, un livre : "Giacometti : Alberto et Diego, l’histoire cachée" de Claude Delay. Présentation par Evene : Claude Delay revient sur la vie et l'oeuvre d'Alberto Giacometti où elle mêle éléments biographiques et digressions sur des artistes, contemporains ou non du sculpteur. Elle insiste également sur Diego, le frère de l'ombre, à la fois protecteur et jaloux, qui restera au côtés d'Alberto durant toute sa vie.

05 septembre 2009

Sculpture de peinture...de pont


"Une sculpture de pierre géante, qui a pour thème la peinture « sur les rives de la bianhe, le jour du qingming » de Zhang Zeduan, célèbre peintre de la dynastie des Song du Sud, a été présentée au public le 3 septembre à Tianjin. La sculpture mesure 3 mètres de long, 1,6 mètre de haut et pèse environ 15 tonnes. Il a fallu cinq sculpteurs pour confectionner en deux ans cette véritable oeuvre d'art."
Information à découvrir sur le site du Centre d'Informations sur Internet de Chine : http://french.china.org.cn/culture/txt/2009-09/04/content_18466665_3.htm

Les connaisseurs en charpente et structure auront bien entendu identifié la technique du célèbre pont "arc-en-ciel" de la dynastie des Songs, caractérisé par un emboitement autobloquant des poutres. Allez, on vous met quand même une photo ...
... que vous retrouverez sur http://fr.wikipedia.org/wiki/Pont_arc-en-ciel avec les détails; faites un détour par http://www.pbs.org/wgbh/nova/lostempires/china/builds.html où vous trouverez le récit de la reconstitution et construction d'un "Rainbow Bridge" par le professeur Tang Huan Cheng, grand spécialiste des ponts chinois. Il faut préciser qu'il est parti de l'unique représentation qui nous soit parvenue, une peinture de Zhāng Zéduān ("Qingming shanghe tu" que l'on peut traduire par "Le long de la rivière pendant le Festival de Qingming"), celle qui a été sculptée...

04 septembre 2009

Sculpture environnementale

Ce 28 aout 2009, Greenpeace a placé au temple de la terre de Pékin une centaine de sculptures représentant des enfants et réalisées en glace; l'eau qui a servi à produire la glace provient de l'eau de fonte récoltée aux sources des fleuves Yangtze, Yellow et Gange. Cent enfants pour symboliser les cent jours qui nous séparent du sommet du climat de Copenhague.
Il paraît évident que Greenpeace mise sur des campagnes aux visuels chocs, et nombreuses sont celles qui évoquent certaines créations contemporaines... si pas réalisées directement par des artistes.


600 volontaires ont posé nus, le samedi 17 août 2007, devant l’œil du photographe américain Spencer Tunick, au pieds du glacier d’Aletsch.

Une vue aérienne du dessin réalisé récemment par des paysans et des volontaires de Greenpeace dans les plaines centrales de Thaïlande en alternant deux variétés de riz local.

Et si vous souhaitez creuser la question environnementale : http://www.greenpeace.org/belgium/fr/

Ann Veronica Janssens, sculptures à expérimenter

Ann Veronica Janssens, Installation view © Pascual Mercé - Courtesy EACC

"Entre fascination et aliénation, l’exposition Serendipity d’Ann Veronica Janssens présente un travail sensoriel d’abstraction à travers un large spectre de perceptions sous haute tension. Une expérience psychophysiologique marquante... "
Vivez les expériences sensorielles proposées par l'artiste au travers de différents dispositifs. A noter, les collaborations avec la chorégraphe belge Anne Teresa De Keersmaeker.
D'autres infos sur le site du Wiels http://www.wiels.org/site2/home.php
"Ann Veronica Janssens : Serendipity" , du 5 septembre à 15 novembre 2009 au Wiels, Centre d'Art Contemporain
Avenue Van Volxem, 354 à 1190 Bruxelles
Quelques photos d'installations visibles sur le site de Hans Theys "art in belgium" (ne manquez pas d'y faire un tour, même si vous ne feriez pas nécessairement la même sélection... ) : http://www.hanstheys.be/artists/ann_veronica_janssens/

"Veilhan Versailles", les coulisses de la sculpture


Nous vous l'avions déjà annoncée. Suivez le montage au jour le jour d'une grande exposition d'art contemporain dans le château de Versailles. Au quotidien, création, réalisation des sculptures, transports et installations; un parcours commenté sur le blog "Veilhan Versailles" de Virginie Marielle : http://www.veilhan-versailles.com/blog/

Accessible également à partir de différents sites :
Exposition d'art contemporain du 13 septembre au 13 décembre 2009 .

03 septembre 2009

Barry Flanagan, la course du lièvre...


Le sculpteur gallois Barry Flanagan est décédé ce 31 août 2009 à l’âge de 68 ans.

"C'était pour des raisons personnelles qu’il avait choisi «le camp du lièvre. C'est celui qui m’attire le plus, il a des choses à dire qui m’intéressent!». Il les faisait danser, serrer les mains, battre le tambour, réfléchir, le tout en bronze."
Extrait du court article que lui consacre le quotidien Libération (Photo AFP) : http://www.liberation.fr/culture/0101588638-le-sculpteur-barry-flanagan-est-mort
Quelques photos de lièvres dans les rues de Dublin : http://www.inspiringcities.org/index.php?id=1&page_type=Article&id_article=18177
La photo d'ambiance est probablement sa sculpture installée au Château Smith-Haut-Lafitte dans la région de Bordeaux . Faites donc un tour sur google images, vous verrez que ça "swinge"...