Articles les plus consultés

30 décembre 2012

Johann Le Guillerm, "Secret" d'atelier

  Photo : Philippe Cibille

Johann Le Guillerm, l'enfant terrible du cirque contemporain, présente une nouvelle étape de son projet évolutif, « Attraction », autour de la recherche du point. Que dire de « Secret » ? Qu'il est l'un des spectacles de cirque les plus avant-gardistes, puissants et rudes que l'on ait vus. Sur la piste, un homme au torse musculeux, suant, au regard impassible, reptilien. Fauve ou dresseur ? Monstre ou magicien ? Son fouet claque. Il lance une hache. Il courbe le métal. Il avale un couteau. Contorsionniste, équilibriste, il inquiète toujours. Et jamais ne laisse indifférent.
Stéphanie Barioz, Télérama
Photo : Philippe Cibille

"Secret" a été joué plus de 600 fois de par le monde par Cirque ici, la compagnie créée par Johann Le Guillerm en 1994. "Secret", le spectacle de Johann Le Guillerm, éternellement remis sur le métier depuis plus de 9 ans, un spectacle de cirque en révolution permanente, où les numéros apparaissent et disparaissent au fil des ans; vous l'avez peut-être vu à Avignon en 2008, ou lors des récentes représentations à Lille en décembre 2012, qui vous auront apporté le fruit des dernières recherches de ce créateur/chercheur, définitivement inclassable dans sa quête de la "face cachée des choses" (Gare Saint Sauveur dans le cadre de FANTASTIC).

Photo : Philippe Cibille

Johann Le Guillerm défend sa "pratique minoritaire" au sein du cirque, le lieu qui lui semble le plus susceptible d'accueillir sa recherche atypique et protéiforme autour du point ("l'observatoire autour du point", pour être plus précis), symbole par excellence de son concept original; un parcours athlétique et autodidacte, à la fois scientifique (mathématique, géométrique, topographique, génétique...) mais aussi philosophique, poétique, architectural et surtout artistique et sculptural, bien qu'il ne se revendique pas de l'art contemporain.

 Photo : Philippe Cibille


"Secret" fait partie du grand œuvre  de Johann Le Guillerm "ATTRACTION ", "qui interroge l'équilibre, les formes, les points de vue, le mouvement et l'impermanence..."
ATTRACTION est un polyptyque à quatre volets. Il ne s’agit pas d’un tableau ni d’un objet plastique en relief mais d’une architecture mentale en quatre parties distinctes.
Elles forment ensemble un volume tétraèdrique.
ATTRACTION est une structure spatio-temporelle et la cristallisation (mais en aucun cas
l'aboutissement) d’une pensée en mouvement qui se décline en quatre axes de création :
  • Un spectacle de cirque : Secret 
  • Un phénomène de cirque minéral & végétal : la Motte 
  • Une circumambulation autour de la recherche : le Film 
  • Les points de vues sur ATTRACTION : la Trace
Au centre d’ATTRACTION se trouve la Recherche et la Matière. Installations d’outils pour appréhender le monde entièrement que sont "l'Observatoire" et "Monstration".

Extraits de la présentation de La Motte en 2006; voir :  http://sunkyungoh.files.wordpress.com/2010/12/la-motte_2006.pdf
Ce dossier historique et technique est une présentation complète de "l'aventure" de La Motte dans le cadre d'une "candidature" pour la 1ère apparition de la Motte (taille 12m) Estuaire - Nantes <> St Nazaire.

Complémentairement à son spectacle, Johann Le Guillerm propose donc une exposition d'objets sous le titre de "Monstration", où lattes et madriers sont mis en tension et en équilibre par de savants auto blocages, complétés ou non de nœuds marins (voire gordiens...); ces mêmes outils qui se construisent en live devant le spectateur au cirque. Les plus initiés reconnaîtront peut-être parmi certaines des "sculptures" , le principe de construction du pont arc-en-ciel de la Dynastie des Songs...

  "Architextures", photo prise au Jardin d'Agronomie Tropicale (Paris-Vincennes),
 dans le cadre de sa résidence auprès de la Mairie de Paris.(2011)
sur le site de Brigitte Maillard

 Une autre "Architexture". Bois de Vincennes, 
Jardin d'Agronomie Tropicale (juillet 2011). Photo Alain Delavie.


 "Le Serpentant" (dans la série des Architextures), 
Bois de Vincennes ( juillet 2011). Photo Alain Delavie. Voir le site Paris coté jardin.




Au coeur de ce grand projet toujours en cours, "La Motte" ("une planète à portée de vue, un phénomène de cirque minéral et végétal, une allégorie"), objet cosmogonique en expansion, recouvert de végétal (avec les conseils de Gilles Clément), et qui produit au sol des courbes remarquables, mémoire de ses lentes et constantes pérégrinations... Pour (presque) tout savoir sur les circumambulatoires, voir également (page 8) :  http://sunkyungoh.files.wordpress.com/2010/12/la-motte_2006.pdf


"La Motte", maquette et utopie (prévisualisation de La Motte de 12 mètres) et cheminement (3éme à partir de la gauche).

"Si l’on fait rouler une circumambulatoire sur un plan en 2D, on obtient un cheminement dessiné par ses arêtes qui correspond à l’occupation du labyrinthe sur une sphère.Ce cheminement est continu puisque le labyrinthe est cyclique. Chaque chemin, ci-contre, est celui du centre de gravité se situant au milieu de ceux dessinés par les arêtes."


A écouter attentivement, la conférence de presse de Johann Le Guillerm, le 5 juillet 2008 au Festival d'Avignon, animée par Antoine de Baecque et Jean-François Perrier.Visible sur theatre-video.net


 


Pour les inconditionnels de l'artiste, un documentaire réalisé en 1995 par Werner Penzel et Nicolas Humbert qui le suit comme funambule avec le Cirque O, dans le sud saharien : "Middle of the Moment" (critique de Télérama). Lire aussi : Nomad's Land
Etrange film, qualifié par ses auteurs de « cinépoème ». Un voyage sans paroles (ou presque) mais regorgeant de bruits, en compagnie de nomades : d'un côté, des Touaregs du Sud saharien ; de l'autre, des forains et des musiciens français du Cirque O. Ces deux mondes sont ici mis en parallèle et se répondent : à travers leur mode de vie collectif et rudimentaire, leurs liens étroits avec les paysages, leur confiance dans les saisons... On assiste, en noir et blanc, à une alternance de rituels, de moments de travail ou de pause...

08 décembre 2012

Oscar Niemeyer, sculpteur de courbes


Une multitude d'articles dans toute la presse mondiale pour saluer Oscar Ribeiro de Almeida de Niemeyer Soares qui est décédé à l'âge de 104 ans, reconnu universellement comme l'un des plus grands architectes du XXème siècle. Il a réalisé plus de 600 oeuvres et est entré dans la légende sous l'ère du président Juscelino Kubitschek, lors de la création de Brasilia; actif jusqu'à aujourd'hui, son bureau avait encore de par le monde une vingtaine de projets en chantier. Récemment, il travaillait encore sur la rénovation du Sambadrome en prévision des Jeux Olympiques de Rio en 2016.


Le centre culturel international Oscar Niemeyer à Aviles, Espagne (2008)
qui accueille des manifestations artistiques et culturelles.© Getty

A découvrir parmi d'autres, ces articles dont les titres tentent de cerner le personnage et son œuvre :
"Oscar Niemeyer courbe brisée", "Au Brésil, «le visage d’une nation»", et pour les photos "Niemeyer, l'architecte qui aimait les courbes" (photos), "Oscar Niemeyer, le bâtisseur de Brasilia" (vidéos), dans Libération.
"Oscar Niemeyer, l'homme de Rio en 13 monuments" (photos commentées), dans Le Figaro.
"Oscar Niemeyer, "l'architecte de la sensualité"" (photos commentées), "Et de nulle part surgit Brasilia", "Loin des théories, les courbes libres, élégantes et désinvoltes du génie" dans Le Monde.
"Le Brésil rend hommage à Niemeyer, le "poète des courbes"" dans Le Point.
"Jean Nouvel : "Niemeyer, c'était d'abord un styliste"" dans le Nouvel Observateur.
"Oscar Niemeyer: architects and critics pay tribute" article très intéressant dans le Guardian, où les plus grands architectes évoquent l'apport de Niemeyer.
 ...



Et bien sur le site officiel de Niemeyer : http://www.niemeyer.org.br/ qui reprend sur une ligne du temps les grandes créations du maître en parallèle avec les événements personnels et politiques, en les commentant, les illustrant de photos et dessins, et situant celles-ci dans leur contexte géographique grâce à un zoom dans Google Maps.


Nous vous avons déjà parlé à plusieurs reprises d'Oscar Niemeyer :
http://acasculpture.blogspot.be/2010/12/oscar-niemeyer-en-forme.html
http://acasculpture.blogspot.be/2009/02/oscar-niemeyer-le-sculpteur-de-brasilia.html

 Photo du chantier de la cathédrale de Brasilia en 1959. Crédits : AP/Mario Fontenelle
«Seule m’attire la courbe libre et sensuelle de la nature, la courbe des montagnes, des vagues de la mer, des nuages du ciel, du corps de la femme préférée».
«Contempler les nuages a toujours constitué ma distraction favorite. J’y voyais des cathédrales, des guerriers, des animaux, des corps de femmes et toutes sortes de choses fantastiques. Ce n’est pas l’angle droit qui m’attire. Ni la ligne droite, inflexible, créée par l’homme. Ce qui m’attire, c’est la courbe libre et sensuelle. La courbe que je rencontre dans les montagnes de mon pays, dans le cours sinueux de ses fleuves, dans les nuages du ciel, dans le corps des femmes. Tout l’univers est fait de courbes ».